La FNATH en quelques chiffres

200 000 adhérents
depuis 1921
20 000 bénévoles
 

 
Plus sûre Plus juste Plus solidaire

Avis de la CSC relatif à la sécurité de l’alcool à brûler et autres produits allume-feu (25/09/2008)

D’après la commission de sécurité des consommateurs, le mauvais usage de l’alcool à brûler est soupçonné depuis longtemps d’être la cause de nombreuses brûlures. Son utilisation pour la réactivation des braises dans les barbecues provoquerait chaque année, par retour de flamme, de nombreux accidents.

La CSC s’y est essayé en « agrégeant » les données de l’Institut de veille sanitaire avec celles qu’elle a elle-même recueillies auprès des centres de grands brûlés. Son estimation avoisine 580 cas de brûlures par an ayant nécessité des soins hospitaliers, dont un tiers concernerait des enfants. La Commission observe que si les brûlures demeurent le plus souvent superficielles, elles sont en revanche très étendues, notamment sur les parties supérieures du corps.
Face à ces risques, la CSC demande aux pouvoirs publics, dans un avis adopté le 4 septembre dernier, de réunir les professionnels (fabricants et distributeurs) en vue de procéder à l’arrêt de la commercialisation de l’éthanol dénaturé sous la dénomination « alcool à brûler ». Cette appellation est en effet source de confusion dans l’esprit des consommateurs et entraîne un usage dangereux du produit. Seule la dénomination « alcool ménager » pourrait ainsi être maintenue. Selon la commission, la commercialisation de l’éthanol dénaturé comme combustible ne devrait d’ailleurs être proposée que sous forme de pâte ou de gel, en coupelles de 10 cl à usage unique.

 
La Fnath Mentions légales Nous contacter